Content in English

Google Translate Disclaimer

A number of pages on the Government of Saskatchewan`s web site have been professionally translated in French. These translations are identified by a yellow text box that resembles the link below and can be found in the right hand rail of the page. The home page for French-language content on this site can be found here:

Renseignements en Français

Where an official translation is not available, Google™ Translate can be used. Google™ Translate is a free online language translation service that can translate text and web pages into different languages. Translations are made available to increase access to Government of Saskatchewan content for populations whose first language is not English.

The results of software-based translation do not approach the fluency of a native speaker or possess the skill of a professional translator. The translation should not be considered exact, and may include incorrect or offensive language Government of Saskatchewan does not warrant the accuracy, reliability or timeliness of any information translated by this system. Some files or items cannot be translated, including graphs, photos, and other file formats such as portable document formats (PDFs).

Any person or entities that rely on information obtained from the system does so at his or her own risk. Government of Saskatchewan is not responsible for any damage or issues that may possibly result from using translated website content. If you have any questions about Google™ Translate, please visit: Google™ Translate FAQs.

Le baccalauréat en éducation

Le nombre d’élèves inscrits dans les écoles francophones et d’immersion ne cessant de croître, la Saskatchewan comme le Canada, de façon générale, a plus que jamais besoin d’enseignants de français. 

Depuis 2007, le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) a connu une augmentation du nombre d’inscriptions qui est passé de 1 209 à 1 915 élèves. Les inscriptions ont également augmenté dans les écoles publiques d’immersion française, passant de 9 174 à 15 313 élèves.

BAC 1
Christian Mbanza

Né à Lebowa, en Afrique du Sud, et originaire de République démocratique du Congo, Christian Mbanza, qui a grandi à Regina, affirme que l’apprentissage du français lui a permis « d’en savoir plus sur sa culture et, ainsi, de la préserver ».

Christian Mbanza a su, très tôt, quel domaine professionnel serait le sien.

« Ce sont mes enseignants qui ont influencé mon choix de carrière. Au secondaire, les élèves d’immersion suivaient à peu près tous les mêmes cours et se retrouvaient donc souvent ensemble. Nous représentions une petite communauté francophone et nos enseignants étaient, pour nous, d’excellents exemples. En ce qui me concerne, ils représentaient plus que des enseignants. Je sais donc quel impact peuvent avoir les enseignants sur la vie d’un enfant, surtout au sein d’une petite communauté ».

BAC 2
Serena Laposta

Réginoise de naissance, et bien qu’ayant été élève d’immersion française jusqu’en huitième année, le choix de carrière de Serena Laposta n’a pas été immédiatement évident. Ce n’est qu’après avoir exploré d’autres options, puis avoir décidé de suivre des cours en Éducation qu’elle a su que « le Bac » était le bon programme pour elle.

Le baccalauréat en éducation (le Bac) est un programme de 4 ans qui forme les étudiants souhaitant enseigner en français langue maternelle ou langue seconde.

La deuxième année du programme, les étudiants se rendent à l’Université Laval, à Québec, pour suivre des cours permettant de développer leurs compétences en français. Pour Mlle Laposta, cette année hors province a été « une année de développement, autant sur le plan linguistique que sur le plan personnel ».

« L’immersion française est réellement la meilleure façon d’apprendre une seconde langue. De plus, la culture ne peut tout simplement pas s’apprendre dans les manuels scolaires! »

Les élèves du Bac bénéficient d’une bourse d’études du gouvernement de la Saskatchewan pour étudier hors province. Cette bourse d’études a permis à M. Mbanza de mieux se concentrer sur ses études et de vivre des expériences culturelles francophones. Pour Mlle Laposta cette aide lui a permis de trouver un équilibre entre ses dépenses essentielles et celles liées aux expériences culturelles.

Dans les deux cas, les études suivies à l’université de Regina au programme du Bac ont offert à ces étudiants de nombreuses possibilités. Qu’il s’agisse d’un environnement d’apprentissage plus intime dans de petites classes, d’enseignants faciles d’approche ou de tutorat gratuit, la Cité universitaire francophone de l’Université de Regina propose un lieu d’apprentissage accueillant et multiculturel.

Pour de plus amples renseignements sur le programme et les bourses disponibles consultez : Baccalauréat en éducation (le Bac)

Tél. : 1-306-585-4507
Courriel


We need your feedback to improve saskatchewan.ca. Help us improve